Une semaine de diplomatie française : le règne du deux poids deux mesures

PartagerTweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone

onu_geneve

Retrouvez l’article sur Mediapart

Une semaine diplomatique exemplaire de la politique du deux poids deux mesures.

Entre Genève et Jérusalem ; une fermeté à géométrie variable.

Décidément, les semaines se suivent sans se ressembler.

La semaine dernière nous avions l’espoir d’un accord sur le nucléaire iranien, et puis Laurent Fabius est arrivé à Genève avec le résultat que l’on connaît et que l’on a beaucoup commenté.

Demain François Hollande arrive en Israël auréolé de cette fermeté envers l’Iran, en toute logique il devrait appliquer la même fermeté à l’égard du gouvernement israélien et de sa politique envers les Palestiniens( occupation, colonisation et violation de tant de résolutions internationales dans l’impunité la plus absolue.)

Ce petit billet de mauvaise humeur, mais aussi de grande tristesse, pour  dire que le double standard est, de toutes les doctrines diplomatiques, celle que je méprise le plus, celle qui conduit les peuples opprimés à la révolte après des années d’incompréhension devant une communauté internationale handicapée par la peur d’être traitée d’antisémite.

Je ne veux pas rentrer dans l’éternel débat de la sécurité d’Israël- ce blog en est truffé-encore moins faire de rappel historique ou politique de qui a fait ou n’a pas fait, aurait pu ou aurait du faire.

Un rappel historique  serait tragique pour notre conscience et ferait apparaître un bilan si négatif de la situation des Palestiniens qu’il marquerait l’état de faillite définitive de nos espoirs, déjà si minces, de voir ce conflit apaisé et réglé.

 Je veux juste exprimer mon ras-le bol-c’est de saison- du double standard en diplomatie.

Laurent Fabius fera-t-il montre d’autant de fermeté pour faire respecter les droits bafoués du peuple palestinien? J’en doute.

En l’espèce, que pèsent une population palestinienne ghettoïsée et 70 millions d’iraniens sous embargo depuis 40 ans, face à la puissance d’Israël, de sa diaspora, et de son histoire tragique et pourtant…

La justice et l’équité appellent une fermeté équivalente ou une même bienveillance dans les deux cas ; j’ajoute qu’une plus grande fermeté encore serait de mise envers le gouvernement israélien qui a des centaines de morts à son bilan hommes, femmes et enfants palestiniens, le nucléaire iranien n’ayant à ce jour à ma connaissance encore tué personne !

Nous voici dans une équation qui devrait être simple à résoudre : mêmes causes mêmes effets…

Et bien non !

Deux Etats violent des résolutions internationales ; l’un est sous embargo et la confiance internationale lui est refusée à jamais, l’autre persiste en toute impunité, dicte sa loi, adresse des ultimatums aux USA et au reste du monde.

Plus que jamais me viennent à l’esprit les mots de la fable…

 « Selon que vous serez puissant ou misérable…les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. »

Non, décidément je ne comprendrai jamais rien à cette diplomatie là et je refuse de me résigner à penser qu’elle est la seule voie possible.

PartagerTweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone