Un sombre 20 juillet 2014 pour la République Française

PartagerTweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone

delacroix

Retrouver l’article sur Mediapart

Les images des manifestations de ces derniers jours en France sont atterrantes, simplement indigne de ce pays. Comment en est-on arrivé là ? L’exportation du conflit du Moyen-Orient est un grand classique dans la France composite dans laquelle nous vivons, mais rarement avec une telle violence.La France abimée, la France ébréchée, la France sans repères…

Nier l’existence du communautarisme en France est une vue de l’esprit, une erreur tragique d’appréciation.

D’ailleurs, ces dernières années, il a été renforcé notamment par une application de la laïcité qui semblait ne viser que la communauté musulmane, sans mentionner ces discours et débats dévastateurs sur l’identité nationale.

J’ai le souvenir très précis d’un soir de septembre 1982 après le drame de Sabra et Chatila.

François Mitterrand était intervenu pour condamner fermement ce massacre et ramener un peu de calme dans les esprits échauffés par les images de ces centaines de civils palestiniens massacrés par les phalangistes libanais sous les yeux de l’armée israélienne qui n’avait rien fait pour les en empêcher.

Le Président a condamné les attaques de roquettes mais pas, peu ou tardivement le déluge de feu qui s’abat sur Gaza.

Une fois pour toutes : les tirs de roquettes sont intolérables, la punition collective l’est tout autant.

Il est vrai que nous n’avons plus de politique arabe et que notre voix ne porte guère, mais la question n’est pas aujourd’hui, ce soir, ici, de résoudre ce conflit.

Les Juifs de France ne sont pas tous des membres du Bethar ou de la Ligue de Défense Juive.

Les Juifs de France ne sont pas tous sionistes, beaucoup d’entre eux ne sont même pas religieux ou pratiquants.

Les Musulmans de France ne sont pas tous des casseurs ni des pro-palestiniens.

Les uns et les autres peuvent ressentir simplement une solidarité avec des populations victimes de bombardements ou de tirs de roquettes, et sont d’ailleurs rejoints par d’autres citoyens qui se sentent tout aussi concernés et veulent s’exprimer.

Mais enfin, interdire une manifestation n’a aucun sens dans cette période où la communauté musulmane, en plein Ramadan, se sent en communion avec les hommes, les femmes et les enfants de Gaza !

La confusion est telle qu’alors que la France célébrait aujourd’hui, 20 juillet, la tragique rafle du Vel d’hiv http://fr.wikipedia.org/wiki/Rafle_du_Vélodrome_d’Hiver, certains d‘entre nous ont été pris à parti, lors des manifestations patriotiques.

« Pourquoi parler des victimes juives de 1942 alors que des enfants palestiniens meurent sous les bombes sionistes (et donc juives) ? » ai-je entendu ou lu sur les réseaux sociaux…

Le discours du Premier Ministre, en harmonie avec l’évènement et cette tragédie de notre histoire, venant, par un hasard du calendrier, apporter de l’eau au moulin de ceux qui entretiennent cette confusion ou qui ne peuvent avoir, par ignorance ou volonté d’amalgame, le recul nécessaire pour dissocier l’histoire tragique du peuple Juif avec celle contemporaine des Palestiniens

http://www.bfmtv.com/politique/manuel-valls-rend-hommage-aux-victimes-rafle-vel-dhiv-815793.html

Ainsi , notre diplomatie, molle dans ses condamnations s’exerce en sens unique au profit de l’Etat d’Israël

Cet extrémisme et cette violence sont alimentés, sans aucun doute en partie par la colère et la désillusion.

Les provocations peuvent être des deux côtés ; l’enchaînement tragique après la mort de 3 jeunes israéliens vengée (?) par la mort de ce jeune palestinien brûlé vif… et l’engrenage… et un jeu de GO alors que chacun joue une partition ou un jeu de poker menteur, les victimes n’étant que des pions sur un échiquier bien plus vaste.

Les communautés sont exacerbées, la violence permanente sur nos écrans, ces enfants morts, ces mères en larmes nous donnent la nausée, autant que l’incapacité de la communauté internationale à arrêter le massacre des innocents, qu’ils soient Juifs, Arabes, ou Chrétiens d’Irak d’ailleurs…

Tant d’inhumanité et tant d’indifférence…

Qui n’aurait pas envie de crier « ASSEZ » ?

PartagerTweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone