III – Un Sénat tourné vers l’International : Faire du Sénat un fer de lance de la coopération décentralisée

PartagerTweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone

 

Création d’une délégation permanente à la coopération décentralisée.

Une meilleure gestion des groupes d’amitiés
Dotés d’un budget de plus de 800.000 euros, ces groupes constituent de vraies féodalités, des instruments de pouvoirs, des petits bonus répartis entre amis des groupes politiques. Même si ce sujet ne me rapportera que des ennemis, je souhaiterais que la gestion de ces groupes soit revue, comme leur gouvernance d’ailleurs.

Pourquoi cette pré-répartition par groupe politique, pourquoi cette pré-nomination ? Présidents rarement au mérite d’ailleurs, plus à l’ancienneté et combien de fois les uns et les autres ont-ils promis à l’un ou l’autre des candidats en échange d’une présidence de groupe d’amitié. Pourquoi ne pas respecter un choix démocratique : des présidents par élection tout simplement
Trop simple et trop transparent sans doute.

Il faudra ensuite par soucis de cohérence placer les groupes d’amitié sous la direction de la commission des affaires étrangères, et leur donner un vrai pouvoir surtout celui de rendre compte et des objectifs économiques.

Les groupes doivent servir la diplomatie parlementaire dans le cadre d’une feuille de route des priorités du Sénat pour les 3 ans à venir, et travailler en collaboration avec les services diplomatiques de la présidence.

senat-international-goulet-NB-article

PartagerTweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone