Nathalie Goulet en compagnie de l’Ambassadeur du Yémen en France Dr Abdullah

PartagerTweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone

A l’occasion de l’audience du Groupe d’amitié France-Pays du Golfe, le Jeudi 9 février 2017, Nathalie Goulet a rencontré l’Ambassadeur du Yémen en France, le Dr Reyad Yassim ABDULLAH.

NathalieGoulet-AmbassadeurYemen-170209À l’invitation de Mme Nathalie GOULET, Présidente du groupe d’amitié France-Pays du Golfe, S.E. M. Reyad Yassim ABDULLAH, nouvel ambassadeur du Yémen en France a été reçu au Palais du Luxembourg, jeudi 9 février 2017, afin d’évoquer la situation préoccupante de ce pays et l’impact de celle-ci sur l’ensemble de la région.

Ayant rappelé que le groupe d’amitié France-Yémen qu’elle a présidé jusqu’en 2014 n’avait pas désigné depuis lors de président, Mme Nathalie GOULET a indiqué qu’elle avait donc jugé indispensable d’entendre M. ABDULLAH. Elle a précisé que cette audition ferait l’objet d’une note qui serait transmise à M. Jean-Pierre RAFFARIN, Président de la commission des Affaires étrangères, de la défense et des forces armées.

M. Reyad Yassim ABDULLAH a remercié les sénateurs pour leur soutien au peuple yéménite qui se trouve dans une situation très grave aux plans humanitaire et sanitaire, comme le montre le dossier qu’il leur a remis (en annexe).

Il a rappelé ensuite l’historique des évènements depuis le soulèvement de 2011 dans le contexte des  printemps arabes et le départ du président Ali Abdallah SALEH en novembre 2011. Le pays connaissait une situation marquée par la corruption, les abus et un délitement du tissu social lorsqu’ont éclaté des conflits, en particulier dans la partie montagneuse et isolée du sud. Beaucoup de jeunes (65 % de la population), sans éducation et sans perspective d’évolution sociale, ont ainsi rejoint ces mouvements.

Le Yémen s’est engagé dans un processus de transition politique, avec l’élaboration d’une nouvelle Constitution et d’un gouvernement d’unité nationale mais à l’été 2014, les Houthis, pourtant très minoritaires, ont pris le contrôle de Sanaa à la faveur d’une alliance avec l’ancien président SALEH, poussant le Président de la transition M. Abd Rabbo Mansour HADI à fuir.

Selon M. Reyad Yassim ABDULLAH, la coalition des Etats voisin qui en mars 2015 a lancé une vaste opération au Yémen a pour objectif de rétablir la paix et à rétablir le pouvoir légal. Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté le 14 avril 2016 la résolution 2216 qui vise également à restaurer une « situation normale ».

Lors de l’échange de vues avec l’ambassadeur, Mme Christiane KAMMERMANN a indiqué qu’elle a approuvé l’intervention des pays arabes pour aider au rétablissement de la paix et a déploré l’aggravation de la pauvreté dans ce pays.

M. Vincent EBLÉ a rappelé la richesse du patrimoine monumental yéménite et au-delà, les  trésors culturels de ce pays tels que les manuscrits de Sanaa, et a demandé quelle était la situation dans le contexte actuel de guerre.

Mme Nathalie GOULET l’a interrogé sur la situation institutionnelle, et notamment sur la possibilité pour le parlement de fonctionner dans ces conditions. Elle a lancé une invitation aux parlementaires yéménites à venir à Paris, rappelant que le Yémen fait partie des sept pays visés par le « décret TRUMP » sur l’immigration, et que la France a une vocation humanitaire et de protection des biens culturels (notamment via « des musées refuges »).

L’Ambassadeur a salué le soutien de la France au Yémen et a confirmé l’aggravation de la pauvreté (70 % de la population se situe en-deçà du seuil de pauvreté) et la crise économique qui rendent situation très alarmante ;

Sur la protection du patrimoine, il a confirmé que cette question était prioritaire car le Yémen a l’un des patrimoines les plus importants de la région et que beaucoup de vols ont été commis dans les musées, à Sanaa et dans les régions contrôlées par les Houthis, et il a dit espérer en effet une aide de  la France.

Enfin, s’agissant du Parlement yéménite, il a rappelé que son siège a été transféré à Aden dans l’attente de la reprise des activités et qu’on était sans nouvelle de nombreux parlementaires depuis le putsch.

Pour plus d’informations : site internet du Sénat

PartagerTweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone