Derrière la crise diplomatique, autour du Qatar, le retour de l’Arabie Saoudite et de la diplomatie sunnite

PartagerTweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone

a14a60aef283dee83bded28fa25d27c8_largeNathalie Goulet membre de la commission des Affaires étrangères, vice présidente du groupe d’amitié France-Pays du Golfe réagit à la crise diplomatique au sein des monarchies du Golfe.

« C’est une crise sans précédent à laquelle nous assistons. L’Arabie Saoudite, les Emirats arabes unis, Barhein, le Sultanat d’Oman et le Koweit viennent de retirer leur ambassadeur du Qatar.
Ils estiment leur sécurité menacée dès lors que le Qatar a ouvertement soutenu les frères musulmans, l’ex-président Mohamed Morci en Egypte et soutient d’autres mouvements qui ne font pas l’unanimité dans la région et notamment en Crimée.
En filigrane, il faut y voir le retour sur la scène diplomatique de l’Arabie Saoudite, la concomitance entre cette crise diplomatique majeure et l’avancée des négociations sur le nucléaire iranien n’étant absolument pas fortuite, à l’heure où Catherine Ashton doit se rendre à Téhéran.
L’Arabie Saoudite va peser de tout son poids et de celui de ses nouveaux alliés alors que le monde entier a les yeux tournés sur Kiev.
Notre diplomatie doit immédiatement prendre la mesure de cette tension dont les conséquences pourraient être considérables pour la sécurité régionale. »

PartagerTweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone