Coup de Gueule : la lutte contre les périls du monde devra attendre l’élection des présidents

PartagerTweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone

lutte

Quiconque a lu, écouté ou regardé les informations au moins une fois au cours de l’été sait que l’actualité internationale est pour le moins catastrophique.

Le monde dit libre, ou occidental, paye les conséquences des interventions (ou non interventions) en Irak, Syrie, Lybie.

Dans cette région du Moyen-Orient où les États ne sont plus que des zones de non droit, où des barbares massacrent et décapitent de la façon la plus sauvage qui soit, y compris des musulmans, pas assez musulmans pour eux, même les chiites, pour construire leur pseudo État moyen-âgeux, le Califat.

La guerre menace, aux portes de l’Europe la Russie défie le droit international, l’Europe, l’OTAN et l’Amérique.

En Afrique, Ebola ravage des pays à l’économie et aux systèmes de santé déjà à genoux.

Le monde entier est préoccupé par cette accumulation de drames qui nous laissent en spectateurs impuissants ou révoltés d’un moment.

Tout le monde ?

Non.

Comme le petit village gaulois d’Astérix, qui résiste fièrement à l’emprise des Romains, car nous sommes bien dans le cas d’un petit groupe de gaulois résistant héroïquement aux tensions du monde qui l’entoure, une poignée d’irréductibles politiciens résiste encore et toujours au monde réel. Il faut dire qu’ils ont leurs propres guerres à mener.

À l’UMP, chacun se place avec ou contre le « Messie », que ce soit pour la présidence du parti ou celle de la République. Et chaque matin en se rasant, car il n’y a que des candidats (et pas de femmes) qui en se rasant se demandent reviendra-t-il ou pas ???

On s’offusque certes pendant 15 jours, quand des chrétiens sont menacés et massacrés et que la presse regarde, mais la presse est volatile et l’immédiateté prévaut sur le fond et le suivi des dossiers… ainsi va la vie politique bercée depuis 24 h par les bonnes pages des ragots de traversin, pathétiques et indignes de l’ex-maitresse du Président de la République.

Et revoilà le marathon des plateaux télés, radios…Il faut dire qu’ils ont des images à forger ceux qui se préparent à diriger la France en 2017 et 2022, ces Mariton et autres Le Maire, Juppé, Bertrand.. toujours des hommes d’ailleurs.

Au centre, ce n’est pas beaucoup mieux, Morin, Jégo, Lagarde, Fromantin, en campagne pour la succession de Borloo ; avec un bémol sur Jégo que l’on a entendu à plusieurs reprises sur des sujets nationaux, les bourses au mérite, ou internationaux.

Le PS ne sait même plus s’il est socialiste, démocrate ou libéral, mais Montebourg se place déjà sur la ligne de départ pour la primaire de la présidentielle et La Rochelle n’a pas marqué les esprit pour sa réflexion internationale.

Est-ce à ça que se résume la politique aujourd’hui ? Des partis vaguement liés par des idées politiques, enfermés dans le nombrilisme et les luttes fratricides ?

L’élection est devenue une fin en soit, et non plus le point de départ de l’engagement pour le bien commun.

J’ai la chance de ne pas être encartée.

Alors certes, je n’ai pas de troupes derrière moi pour m’accompagner ,je ne représente donc que moi-même et les électeurs qui m’ont fait confiance.

(Je ne suis pas une « valeur  » en terme électoral, sans troupes, mais j’ai adhéré à un groupe au Sénat que je remercie au passage de son soutien pour la commission d’enquête sur les réseaux djihadistes.)

Mais je peux au moins dire que je consacre mon énergie à tenter de comprendre le monde qui nous entoure, pour contribuer à un niveau lilliputien aux travaux parlementaires et aux débats nationaux et internationaux.

Le monde politique français vit déjà en 2017 ou 2022.

Un homme (ou une femme) d’État doit certes savoir anticiper. Mais c’est aujourd’hui qu’il faut trouver des réponses à des conflits anciens ou nouveaux.

Mais quel monde trouverons-nous dans 3 ans si ceux qui prétendent assurer notre destin sont les premiers à s’en désintéresser ?

PartagerTweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone